Zackariel le Maudit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Zackariel le Maudit.

Message par Zackariel le Ven 28 Oct - 21:02

Tomberry le maudit.



Imaginez une vie sans bonheur. Une vie où les sens n'ont plus de sens. Où les gouts sont insipides, ou les couleurs sont toutes rougies par une faim de sang insatiable et incontrôlable. Une vie où même la mort ne veut plus de vous...
Telle est la malédiction dont est victime Tomberry, en proie a des envies et des désirs impossibles à assouvir, et quand bien même il voudrait se baigner dans une orgie de plaisirs, celle ci serait vaine et sans saveur.

Jadis redoutable guerrier au service de l'empire, Tomberry était promis à un bel avenir. Le jeune homme, fils de bonne famille, voyait les portes de la cours de l'empereur s'ouvrir au fur et a mesure de ses exploits répétés et de ses victoires sur ses ennemis.
Héros de guerre, héros du peuple, il avait tout. Femmes, argent, gloire... Le jeune homme était baigné dans le bonheur, sans se douter des convoitises et jalousies qu'il attirait à lui.

Alors qu'il revenait d'un victoire écrasante sur une armée ennemie, Tomberry reçut une missive d'une noble dame, et également ministre de l'empereur, Dame Sybille.
Celle-ci conviait alors le jeune homme à venir la rencontrer dans son domaine, non sans sous entendus coquins alléchants pour le jeune homme.
Plein de vigueur, Tomberry s’apprêtait à pénétrer le domaine de Dame Sybille, connue dans tout l'empire pour sa beauté inaccessible et étrangement célibataire.
Accueilli par des domestiques, il fut conduit jusqu'à la jeune femme qui lui réservait un accueil des plus torride. Légèrement vêtue, elle était lascivement étendue sur un divan, chuchotant langoureusement à Tomberry de la rejoindre.
C'est sans hésitation que le guerrier s’exécuta, et se vit offrir dans la seconde qui suivait, un baiser de sang...

Le visage de Dame Sybille se métamorphosa, et l'extreme beauté de la jeune fille se transforma en un image de la haine incarnée.
Les puissants crocs de la Lamia s'enfoncèrent dans la carotide de Tomberry, et soudain, un froid surnaturel l'envahis.
Ses yeux se mirent à noircir, sa peau devint d'un blanc cadavérique, et, son coeur cessant de battre, une faim de sang se manifesta immédiatement en lui.
Dame Sybille venait de plonger Le jeune homme dans la malédiction du vampire. Et, voyant qu'il commençait déjà a se consumer par sa faim, convoqua un de ses domestiques et l’égorgeât devant lui.

Tomberry N'aurait jamais put laisser faire ça de son vivant, mais il avait changé en l'espace d'une minute, et la vue, l'odeur de ce sang chaud qui s'évacuait en torrent du corps du domestique fraichement assassiné le tiraillait.
Il ne pouvait pas résister, quelque chose en lui le poussait à consommer ce sang avant qu'il ne refroidisse... Alors il se jeta dans la flaque, et dégusta le filet de sang qui ruisselait, puis, comme cela ne suffisait pas, il se mit à se rassasier du sang directement à la source, jusqu'à vider entièrement le domestique mourant de tout son sang.

Dame Sybille assistait à la scène avec beaucoup de plaisir. Bien que les vampires ne puissent plus ressentir les plaisirs sexuels, c’était différent pour elle, qui vivait sa malédiction depuis dés siècles et semblait avoir réussis à retrouver le plaisir de ses sens. La voila qu'elle était au bord de l'orgasme.

Tomberry, connaissant vaguement les légendes sur les vampires, comprit immédiatement après être temporairement rassasié, qu'il était lui même devenu une créature de la nuit...
Ne laissant pas Dame Sybille s'expliquer, et emporté par sa rage, il lui enfonça directement son épée en argent dans le coeur, ce qui la tua net.

Le jeune vampire était dépassé, il se savait condamné, lui qui avait la vie devant lui, ne ressentirait plus jamais le bonheur, et était désormais condamné à une éternité insipide...
Ne voulant pas de résoudre a accepter sa condition, il rechercha partout dans le domaine de Sybille des parchemins et encyclopédies, afin d'en apprendre plus sur la malédiction des vampires.
Pourfendant les domestiques et les gardes qu'il croisait, un par un, il finit par se retrouver piégé, dans le somptueux manoir, apercevant par la fenêtre, la garde de la ville qui avait été alertée.

Voila que le Héros du peuple et de l'empire était devenu criminel recherché, suite à l'alerte donnée par un domestique signalant le meurtre de l'importante Dame Sybille.

Se dissimulant dans les ombres des couloirs, Tomberry disparut furtivement, vers une forêt sombre et inhospitalière... Le jeune homme adulé était maintenant un Vampire solitaire qui devrait apprendre à vivre sa nouvelle condition.
Mais, remplit de l’énergie du désespoir, il se mit en tête d'assimiler tout le savoir possible, afin de trouver un jour le moyen de lever cette malédiction, et reprendre une vie remplie de délices...

La faim d'un jeune vampire le tiraille, tel un nourrisson, et de la sorte, Tomberry ressent le besoin de goûter encore à ce sang qui avait tant régalé son organisme. De rage, il se jette sur la première bête qu'il croise, un sanglier ne faisait pas l'affaire. Laissant chair et os, le vampire l'avait completement vidé se son sang, mais cela ne suffisait pas.

La nuit passait, et la folie gagnait le vampire. Tomberry ne savait pas gérer la malédiction qui l'accablait, il allait être obligé de traquer des vies humaines dans la forêt...

Dans l'obscurité, sa vision était claire, comme en plein jour, et la lueur d'un feu de camp a quelques centaines de mètres d'ici l'éblouissait comme le soleil lui même brillait dans le ciel.
Malheureux campeurs, il ne fallut pas longtemps pour qu'ils ne deviennent des poches de sang frais pour le jeune maudit.

Alors qu'il se repaissait goulûment, il ressentait en lui un apaisement tel un drogué en manque qui prenait sa dose. Cet état le revigorait, et l'obnubilait. Il ne se rendait même pas compte que derrière lui, cachée par un tronc d'arbre, un rescapé l'observait...

Le survivant qui s’était absenté pour une envie pressante avant l'attaque du vampire assistât, figé, au spectacle d'horreur qui se déroulait devant lui, avant de prendre les jambes à son cou vers le village le plus proche.
C'est ainsi que se répandit la rumeur, confirmée par des attaques nocturnes de temps à autres, que le Vampire Tomberry habitait la forêt maudite.
Des soldats pénétraient dans les bois, mais n’en ressortaient jamais. Les impériaux voulaient tuer le vampire et sevrer la forêt de sa présence maléfique, mais Tomberry, guerrier accomplis et désormais remplis d'une magie impie, finissait toujours par les vider de leur sang.
Le vampire traqué, se consolait en pensant que rassasier sa faim par le sang de ceux qui voulaient le tuer ne faisaient pas de lui quelqu'un d’inhumain.
Tomberry était désespéré de sa situation, il désirait ardemment trouver un remède à sa malédiction et se défaire de sa condition de mort vivant, mais il ne pouvait effectuer ses recherches en paix en vivant à découvert dans cette forêt ou les attaques se faisaient de plus en plus nombreuses et rapprochées.
Il prit alors la décision de se construire une espèce de "tour" au milieu des bois, dans laquelle il pourrait se protéger. Relevant les cadavres des soldats, il expérimentât l'art de la nécromancie, en leur insufflant un souffle de vie magique. Il s'en fit alors une armée, et de la main d'oeuvre.

Rapidement, sa tour fut érigée, et Tomberry pouvait s'y réfugier, et étudier des livres sur le vampirisme et les malédictions magiques dérobés lors d’expéditions nocturnes.

Les attaques des soldats continuaient mais la tranquillité du vampire était moins troublée, son régiment de morts tenant tête aux impériaux, et se relevant par la magie quand ils tombaient. Non seulement de repousser les soldats de l'empire, Tomberry transformait toujours plus de cadavres de soldats en redoutables serviteurs et guerriers squelettes.
Le régiment grandissant et les installations de la tour du vampire se développant, l'empire cessa les attaques, redoutant de contribuer toujours plus a la fortification de Tomberry.

Le village voisin fut alors évacué et abandonné, seule une jeune femme y était restée.

Norah, la sorcière, c’était le surnom que lui avaient donné les gens du village. La jeune femme était condamnée par une maladie incurable, et, ne pouvant pas échapper à son destin fatal, s'était plongée dans la lectures de livres interdits. Rapidement, elle se mit en quête de l'immortalité, tel Nagash autrefois, en trouvant l'un de ses grimoires. Lorsque tout le monde avait quitté le village, elle avait décidé d'y rester, et se mit a expérimenter à son tour la nécromancie. De sorte à ce qu'elle rendit immortel son chat.

Les mois passaient, et les nouvelles de la sorcière qui hantait le village se répandaient comme de la poudre. On racontait que si le vampire ne la tuait pas pour son sang, c'est parce que cette dernière en était devenue l'amante. Et a juste titre.

Tomberry, s'accrochant toujours à ses espoirs de retrouver une vie humaine, nourrissait toujours des sentiments d'amour et une certaine passion charnelle. De plus, le vampire était resté bel homme, et l'affection qu'il donnait à la jeune femme qui avait toujours été rejetée a cause de sa maladie, la charmât au plus au point.

Ensemble, ils prirent les pierres des bâtiments du village et transformèrent peu à peu la tour du vampire en un véritable manoir au coeur de la forêt continuant leurs recherches pour atteindre leurs buts. Lui rêvait de redevenir un homme, elle rêvait d'immortalité.
avatar
Zackariel
Admin

Messages : 18
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 28
Localisation : Béziers

Voir le profil de l'utilisateur http://la-taverne-gauloise.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zackariel le Maudit.

Message par Devora le Mar 7 Fév - 19:32

Pas mal l'histoire, vivement que ma Sylvia puisse montrer ce qu'elle vaut sur le champ de bataille.
avatar
Devora

Messages : 4
Date d'inscription : 29/10/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum